Primate Info Net Banner Wisconsin PRC Logo

Lémur catta
Lemur catta

Other versions available: [English]

Statut de conservation:
Quasi menacé

Longévité: 16 à 19 ans (en milieu naturel)
Population totale: inconnu (en milieu naturel), 2 000 (en captivité)
Répartition: Madagascar
Gestation: 4,6 mois (139 jours)
Taille: 425 mm (M & F)
Masse: 2,2 kg (M & F)

Changer métrique <-> anglais

TAXONOMIE

Sous-ordre: Strepsirrhini
Infra-ordre: Lemuriformes
Super-famille: Lemuroidea
Famille: Lemuridae
Genre: Lemur
Espèce: L. catta

Autre noms: ring-tailed lemur (anglais); lemur colianillado (espagnol); maki (malgache); katta, kattlemur, ou ringsvanslemur (suédois).

MORPHOLOGIE

Les lémurs cattas sont reconnaissables à leur longue queue, qui mesure environ 60 cm (23,6 inches) avec des bandes noires et blanches en alternance (Mittermeier et al. 1994). Le reste de leur corps porte une fourrure de couleur variant entre le gris rougeâtre clair et le brun rougeâtre foncé, une croupe variant du gris clair au brun foncé, et des membres gris clairs à gris bruns. Le dessous de leur corps, ainsi que leurs mains et leurs pieds sont blancs. Ils ont le visage blanc, les yeux brun clairs, chacun entouré d'une zone triangulaire brun foncé ou noire, qui ressemblent a un masque, et le museau noir. Leurs oreilles sont blanches et angulaires, semblables à celles des chats. Les mâles ont des glandes à sécrétion odoriférante de couleur foncée sur l'intérieur de leurs poignées avec un ongle en forme d'éperon, habituellement désigné sous le nom d'éperon corné. Les mâles ont aussi des glandes à sécrétion odoriférante sur leur poitrine, juste au-dessus de la clavicule et près des aisselles. Les mâles et les femelles ont des glandes à sécrétion odoriférante ano-génitales (Mittermeier et al. 1994; Rowe 1996; Groves 2001; Palagi et al. 2004). Les mâles et les femelles ont presque la même taille, d'une moyenne de 42,5 cm (1,39 pieds) de la tête à la croupe et pèsent en moyenne entre 2 207 et 2 213 g (4,87 et 4,89 livres) dans leur habitat naturel (Mittermeier et al. 1994; Sussman 2000). En captivité, les lémurs cattas pèsent un peu plus: les mâles pèsent, en général, 2 705 g (5,96 livres) et les femelles pèsent environ 2 678 g (5,90 livres) (Kappeler 1991). Les lémurs catta partagent des caractères dentaux uniques avec les autres membres de la superfamille Lemuroidea; ils ont des dents spécialisées dans leur mâchoire inférieure qui forment un peigne dental. Ces dents longues et étroites font saillie hors de la mâchoire et on pense que cette dentition spécialisée les aide dans le toilettage (Swindler 2002).

Lemur catta
Photo: Roy Fontaine

Les lémurs cattas sont les plus terrestres de tous les lémurs, mais ils passent du temps dans toutes les strates de la forêt. Ils se déplacent en marchant ou en courant de façon quadrupède, en tenant leur queue presque complètement à la verticale, avec l'extrémité de la queue recourbée loin du corps et formant un point d'interrogation (Mittermeier et al. 1994; Jolly 2003).

Dans l'habitat naturel, il est rare pour les femelles de vivre plus de 16 ans et la plus vieille femelle sauvage enregistrée avait entre 18 et 20 ans. La durée de vie des mâles est encore moins connue à cause du système social, mais des mâles ont été enregistrés comme ayant au moins 15 ans (Gould et al. 2003; Sauthers pers. comm.). En captivité, la durée de vie atteint 27 ans (Jolly 2003).

REPARTITION

CARTES DE REPARTITION (LISTE ROUGE DE L'UICN):
Lemur catta

Le seul endroit où l'on trouve des membres de la superfamille Lemuroidea dans l'habitat naturel, y compris les lémurs cattas, est Madagascar. Située au sud-ouest de l'Afrique et séparée du continent par le Canal de Mozambique qui fait 800 km de large (497 miles), l'île de Madagascar est dans l'océan indien et elle est la quatrième plus grande île du monde (Swindler 2002). Les lémurs cattas sont limités aux parties sud et sud-ouest de d'île, atteignant une limite nordique près de la ville de Morondava sur la côte ouest et la ville d'Ambalavao à l'est. La limite sud-est est la ville de Tolagnaro sur la côte sud (Mittermeier et al. 1994; Jolly 2003). On trouve des lémurs catta dans les environs de neuf forêts: Andohahela, Andringitra, Ankilitelo, Berenty, Beza Mahafaly, Isalo, Tsimanampetsotsa, Tsirave, et Zombitse (Godfrey et al. 1998).

Les lémurs catta ont été aussi introduits aux Etats-Unis sur l'île de Sainte Catherine en Géorgie, en tant que projet visant à établir une population d'élevage non cloisonnée qui pourrait être étudiée et qui pourrait potentiellement servir de source de remplacement pour des parcs à Madagascar (Iaderosa et Lessnau 1995).

La plupart des études de terrain faites sur les lémurs cattas ont été menées dans la réserve spéciale de Beza Mahafaly et dans la réserve privée Berenty, une forêt familiale mise à l'écart et préservée dans les années 40 (Sauther et al. 1999). Les lémurs cattas ont aussi été étudiés dans les parcs nationaux d'Andringita, d'Isalo et d'Andohahela (Mittermeier et al. 1994). Une chercheuse de terrain renommée, Alison Jolly, mène des recherches écologiques et comportementales à long terme à Berenty depuis le début des années 60 et a beaucoup contribué à la connaissance des lémurs cattas sauvages. Des études à long terme continuent aussi à être menées à Beza Mahafaly, notamment par Robert Sussman, Lisa Gould et Michelle Sauther. Des recherches en captivité sont menées au Centre de Primatologie de Duke University depuis le milieu des années 80, et ont aussi fourni des informations d'une valeur inestimable sur l'espèce (Sauther et al. 1999).

Il y a presque 2 000 lémurs cattas en captivité (http://www.isis.org). La population sauvage est inconnue (Harcourt et Thornback 1990).

HABITAT

Madagascar est une île de 1 650 km de long (1,025 miles) divisée par une chaîne de montagnes qui court sur toute la longueur de l'île du nord au sud. Ces montagnes divisent Madagascar en deux parties, une partie est et une partie ouest qui ont des climats, des topographies, et des végétations distinctes (Jury 2003). On trouve les lémurs cattas dans la partie sud-est de l'île, à des altitudes variant du niveau de la mer à 2 600 m (8 530 pieds) dans des types d'habitat variés, comprenant des forêts tropicales, sub-alpines, aux arbres à feuilles caduques, galeries, et de buissons épineux (Goodman et Langrand 1996; Goodman et al. 2003). Une grande partie de leur habitat a été modifiée par l'homme à travers le défrichage pour les terres agricoles, les feux pour produire du charbon, et le déboisement pour créer les logements (Sussman et al. 2003). Les lémurs cattas ont besoin d'une certaine couverture boisée et ne parviennent pas à réintégrer des régions de croissance secondaire après leur défrichage. Par conséquent, bien que leur aire totale de répartition soit vaste, leur distribution est inégale et dépend de la couverture boisée (Jolly 2003).

Dans la partie sud-ouest du pays, le niveau de précipitation peut descendre entre 30 et 50 mm (1,18 à 1,97 inches) par an et l'habitat est en grande partie désertique ou composé de broussailles épineuses qui sont adaptées à des niveaux de précipitation très faibles. Les périodes les plus sèches et froides de l'année durent de mai à septembre (hiver) et les périodes plus chaudes et pluvieuses durent de décembre à mars (été) (Jolly 1966; Jury 2003). Les températures moyennes dans cette région sont d'environ 30ºC (86ºF) pendant le mois de janvier et 24ºC (75,2ºF) pendant le mois de juillet (Jury 2003). Le sud-ouest de Madagascar est sujet à des sécheresses périodiques qui pourraient avoir un sérieux impact sur les lémurs et les autres mammifères résidents (Gould et al. 1999).

Depuis l'ouest jusqu'à l'est de Madagascar, le niveau des précipitations augmente et la végétation devient plus luxuriante. La réserve spéciale de Beza Mahafaly se compose de deux types de forêts, la forêt xérophytique et la forêt galerie. La forêt xérophytique est caractéristique de l'extrême sud-ouest; la forêt galerie est plus verte avec des régions boisées denses et ce type de forêt se trouve au bord du fleuve Mandrare et ses affluents (Sussman 1991; Mertl-Millhollen et al. 2003; Sussman 2003). Dans tout le sud et sud-ouest de Madagascar, on trouve des forêts galerie le long des fleuves et affluents saisonniers inondés comme les fleuves Mangoky, Onilahy, et Mandrare (Sussman et al. 2003). Le niveau de précipitation annuel à Beza Mahafaly est en moyenne de 750 mm (2,46 pieds), et la majorité des précipitations tombent pendant la saison pluvieuse qui dure de novembre à mars. La température dans cette partie de l'île est en moyenne de 34º à 35º C (93,2º à 95º F), mais elle peut atteindre 48º C (118,4º F). Pendant les mois les plus frais de l'année, de juin à août, très peu de précipitation tombe et les températures sont entre 23º et 30º C (73,3º et 86º F), mais la température peur atteindre un minimum de 3º C (5,4º F) pendant la nuit (Sussman 1991).

Dans la partie de leur habitat située à l'est, vers les plaines centrales qui courent du nord au sud, l'altitude augmente et on trouve des lémurs cattas à les altitudes allant jusqu'à 2 600 m (8,530 pieds). Dans ces régions, des forêts sub-alpines, des roches découvertes, et des savanes dominent le paysage. Les températures peuvent varier entre -7º à 26º C (19,4º à 78,8º F) et on estime que cette région est la plus extrême de l'île, d'un point de vue météorologique. (Goodman et Langrand 1996).

ECOLOGIE

Lemur catta
Photo: Michelle Sauther

En raison de l'environnement fortement saisonnier dans lequel ils vivent, les lémurs cattas doivent exploiter une grande variété de sources alimentaires durant toute l'année. Ils sont habituellement définis comme étant omnivores opportunistes, et mangent des fruits mûrs, des feuilles et leurs tiges, des fleurs et leurs tiges, des exudats, des araignées, des toiles d'araignées, des chenilles, des cigales, des sauterelles, des cocons d'insectes, des oiseaux, des caméléons, et aussi des monticules de termite situés au sol (Oda 1996; Sauther et al. 1999; Jolly 2003). Une des sources alimentaires la plus importante pour les lémurs cattas est le tamarinier (Tamarindus indica). Le tamarinier se trouve dans les forêts galeries ainsi que dans les forêts plus ouvertes loin des fleuves. Le tamarinier produit des fruits et des feuilles en alternance au cours de l'année, fournissant une source alimentaire sûre tout au long de l'année pour les lémurs cattas (Jolly et al. 2002; Mertl-Millhollen et al. 2003). Les tamarins peuvent fournir jusqu'à 50% de l'alimentation totale des animaux pendant certaines périodes de l'année et ces fruits sont considérés comme une source de nourriture principale pour les lémurs cattas (Sauther 1998; Jolly 2003). Dans les régions les plus sèches de leur habitat, la disponibilité en eau est un problème potentiellement sérieux. Les lémurs cattas peuvent obtenir de l'eau grâce aux plantes succulentes, telles que l'aloès et le figuier de Barbarie; les animaux obtiennent aussi de l'eau par la rosée et par l'eau qui s'accumule dans des fissures telles que les trous d'arbre (Sauther et al. 1999; Jolly 2003). La disponibilité en végétation est strictement liée au niveau de précipitation. Pendant la saison des pluies, d'environ octobre à avril, les fruits et les jeunes feuilles deviennent disponibles pour les lémurs cattas. Il y a deux hautes saisons pour la disponibilité en fruits, d'octobre à novembre et de mars à avril. Pendant la saison sèche, le tamarinier est une des seules sources de fruits (Sauther 1998). La disponibilité en fleurs culmine avant le commencement de la saison des pluies et les fleurs constituent une autre source alimentaire importante. Pendant la saison sèche, même les feuilles matures peuvent être rares et les lémurs cattas mangent des feuilles sèches qui sont encore plus difficile à digérer. Pendant cette période de l'année, ils ne trouvent que des feuilles jeunes sur quelques espèces d'arbre et de buisson et ces plantes sont distribuées inégalement. Les fleurs, les fruits et les jeunes feuilles sont les plus rares pendant les mois de juin et juillet quand les pluies sont peu abondantes. C'est la période de stress alimentaire la plus élevée pour les lémurs cattas, et ils dépendent alors fortement des tamariniers (Sauther 1998).

Les lémurs cattas commencent leur journée en se réveillant avant l'aube, puis ils se déplacent dans les branches de l'arbre servant de site de sommeil au groupe. Un groupe se divise en deux parties pour dormir chaque nuit, et les individus se serrent les uns contre les autres en dormant (Jolly 1966; Sussman 2000). Entre 5h30 et 8h30, les lémurs cattas se déplacent au soleil; ils s'éloignent de l'arbre de sommeil vers le sol plus exposé où ils mangent et se réchauffent au soleil. La posture que les animaux prennent en se chauffant au soleil est distinctive et stéréotypée; les lémurs cattas s'assoient tout droit sur leurs hanches, étendus de tout leur long, et ils reposent les avant-bras sur leurs genoux, exposant directement le dessous de leur corps à la lumière du soleil. Ce comportement est probablement lié à la thermotaxie puisqu'il est souvent observé après les nuits froides ou durant les matins froids (Jolly 1966). Le groupe se déplace encore vers midi et s'installe à l'ombre pour une brève période de repos. Les animaux deviennent actifs de nouveau en début d'après-midi; pendant cette période, ils fourragent, mangent et se déplacent jusqu'à la fin de l'après-midi. Suivant la période de l'année, les lémurs cattas peuvent prendre une autre période repos durant l'après-midi, si le journée est particulièrement chaude. Après avoir beaucoup mangé à la fin de l'après-midi, le groupe entier retourne à l'arbre de sommeil où tous les animaux demeureront pour le reste de la nuit; cependant, au cours de la nuit, des individus peuvent se déplacer dans l'arbre, s'engager dans du toilettage et interagir entre eux (Jolly 1966; Sussman 2000). Environ 70% des déplacements du groupe sont terrestres. Lors d'une journée normale pour un lémur catta, environ 33% du temps est passé au sol, le reste dans les arbres à mi-hauteur ou au niveau supérieur de la canopée (23% et 25% respectivement), dans les petits buissons (13%), ou dans la couche émergente de la canopée (6%) (Sussman 2000).

La longueur moyenne de déplacement quotidien des lémurs cattas est d'environ 1 000 m (0,621 miles) et un groupe utilise la même partie du territoire pendant trois ou quatre jours avant de se déplacer à un autre endroit. La taille moyenne du territoire varie de 0,1 à 0,35 km² (0,039 à 0,135 miles²) et cela dépend du type d'habitat (Sussman 2000). Dans les habitats plus secs ou plus perturbés, la taille des territoires est plus grande, d'une moyenne de 0,32 km² (0,124 miles²) comparé aux habitats plus pluvieux où les lémurs cattas ont des territoires d'une une taille moyenne de 0,17 km² (0,066 miles²). Les lémurs cattas étendent leur territoire de façon saisonnière; pendant la saison sèche, ils utilisent des régions plus larges en raison de la rareté des ressources (Sussman 1991). Les territoires des groupes multiples de lémurs cattas se chevauchent, et il y a peu de régions qui sont utilisées exclusivement par un seul groupe (Sauther et Sussman 1993; Sussman 2000; Mertl-Millhollen et al. 2003). La densité de population est aussi liée à la qualité d'habitat. Dans les régions plus pluvieuses et luxuriantes, il y a plus de lémurs catta par kilomètre carré, jusqu'à 350 animaux par km² (135 par mile²), comparé aux régions sèches ou perturbées où la densité peut descendre jusqu'à 17 animaux par km² (6,56 par mile²) (Sussman 2000).

Lemur catta
Photo: Herbert Gustafson

Les lémurs cattas sont sympatriques avec neuf autres espèces de primates telles que le propithèque de Verreaux (Propithecus verreauxi), le lépilémur à queue rousse (L. ruficaudatus), le lépilémur à pattes blanches (L. leucopus), le lémur fauve (Eulemur fulvus), le grand cheirogale (Cheirogaleus major), le petit cheirogale (C. medius), le aye-aye (Daubentonia madagascariensis), le lémur à crinière (Varecia variegata) et le lémur à bambou gris (Hapalemur griseus) (Mittermeier et al. 1994). Les recherches sur la compétition alimentaire entre les propithèques de Verreaux et les lémurs cattas a révélée qu'il y a peu de compétition directe, même durant la saison sèche quand les ressources sont rares. Bien qu'ils aient naturellement des territoires chevauchants dans d'autres régions de Madagascar, dans la réserve privée de Berenty, les lémurs fauves ont été introduits en 1975 et maintenant, ils rivalisent avec les lémurs cattas pour obtenir l'accès aux ressources alimentaires. Ces deux espèces ont un fort chevauchement de leurs zones alimentaires à Berenty et il est probable qu'ils rivalisent pour le même type de nourriture durant les périodes de famine. Le développement d'un centre de tourisme dans la réserve a diminué cette compétition grâce à l'introduction de nouvelles possibilités pour les lémuriens de trouver de l'eau et de la nourriture via l'établissement d'abreuvoirs et l'addition de plantes ornementales (Simmen et al. 2003). Dans la forêt d'Antserananomby, où les lémurs cattas et fauves vivent ensemble naturellement, la séparation des niches est majeure et leurs activités quotidiennes séparent les deux espèces, ce qui évite la compétition directe pour les ressources (Sussman 2000). La compétition avec les autres espèces sympatriques n'a pas été observée, probablement parce que beaucoup de ces espèces sont nocturnes.

La pression de prédation réelle sur les lémurs cattas est inconnue. Mais quelques prédateurs potentiels tels que les rapaces, les carnivores félins (comme les fossas et les civettes), les serpents, et les lémurs fauves qui ont été observés capturant et mangeant de jeunes lémurs cattas. Les chats domestiques introduits à Madagascar sont aussi responsables de pertes causées par la prédation (Goodman et al. 1993; Goodman 2003).

Dernière modification de cette page: 21 septembre 2005

Ecrit par Kristina Cawthon Lang. Révu par Michelle Sauther.
Traduit par Kristen Barron et Jean-Baptiste Leca.

Citer cette page:
Cawthon Lang KA. 2005 21 septembre. Les Feuilles Instructives du Primate: Lémur catta (Lemur catta) Taxonomie, Morphologie, et Ecologie . <http://pin.primate.wisc.edu/factsheets/french/ring-tailed_lemur>. Accédé 2014 18 décembre.